LES BONS CONSEILS

Posté par boursiste le 8 août 2016

trader perdant

BONJOUR,
Attention aux adages !
Par exemple, celui-ci :

« Tant qu’on n’a pas vendu, on n’a pas perdu ! ».


Bin…. pas si sûr.
Voilà ce qui peut arriver :

par thibeaud Eigle
http://www.ecole-des-finances-personnelles.fr/

Investissement boursier : la méthode pour vous planter (100% garantie)

Vous le tenez enfin ! Le tuyau du siècle. Le « coup » qui va vous rapporter du 378.52% en quelques jours seulement. La pépite dont personne n’a entendu parler.

Ce secret bien gardé, c’est un collègue de travail qui vous l’a révélé. Qui le tient lui-même d’un bon ami à lui.

Un ami digne de confiance et qui s’y connait vraiment en finance. Le genre de gars que l’on écoute religieusement quand on veut prendre le pouls des marchés financiers. Et qui tel un oracle délivre ses prédictions aux personnes qui viennent le consulter.

Tout de même, vous avez eu le nez creux. Plutôt que de passer des heures à éplucher les états financiers de l’entreprise en question ou de vous embêter à vouloir maitriser les outils de l’analyse technique.

Quel temps perdu ! Vous repensez à tous ces gogos avec leurs fichiers Excel et leurs graphes incompréhensibles (des lignes et des droites dessinées de partout, à croire qu’ils essaient d’expier un traumatisme d’enfance ces gens-là…)

Alors qu’il suffit d’aller directement à la source. De demander conseil auprès de ceux qui savent. Les autres sont décidément bien bêtes. Eux qui n’ont rien compris au principe de l’externalisation qui permet de gagner un temps formidable sans trop se fouler.

Et tout sourire, vous rentrez chez vous, prêt à passer votre ordre de bourse, tranquillement installé dans votre fauteuil.

Vous racontez la journée à votre femme et vous lui expliquez en quelques mots bien choisis pourquoi vous allez toucher le jackpot dans quelques jours.

Elle ne comprend pas tout de ce que vous lui dites (vous non plus d’ailleurs puisque vous répétez mécaniquement les explications de l’oracle).

Elle exprime ses craintes lorsque vous lui annoncez que vous avez « investi » la moitié de vos économies sur le « coup du siècle » mais peu importe. Elle réagit toujours comme ça et il n’y a vraiment pas de quoi s’inquiéter.

Quelques jours plus tard, le cours de la pépite n’a pas monté. Pire, il a baissé de 10%. Pris de quelques doutes, vous allez trouver votre collègue pour lui demander s’il sait ce qui est train de se passer.

Ce dernier vous l’affirme avec une foi inébranlable dans les prévisions de son ami : la baisse était prévue. « La mer se retire toujours avant un tsunami », finit-il par conclure. Rasséréné, vous retournez vaquer à vos occupations en culpabilisant d’avoir osé douter d’une telle autorité.

Une semaine plus tard, vous constatez une nouvelle baisse du cours. Moins 25% par rapport au cours d’achat.

Vous êtes de nouveau inquiet (après tout, cela fait déjà 10 jours et vous devriez déjà avoir multiplié votre « investissement » par 4 comme cela était prévu).

En fin psychologue, vous retournez trouver votre collègue et tout en évitant de remettre en cause le génie de son ami, vous lui demandez conseil.

Ravi de pouvoir lui aussi montrer l’étendue de son savoir, il vous enseigne un principe clé de l’investissement boursier : la moyenne à la baisse.

Inutile de perdre du temps à tenter de comprendre les raisons de cette baisse, le titre va forcément remonter prochainement et pour ne pas rater une miette de cette hausse vertigineuse, il suffit d’acheter des titres supplémentaires.

Ce faisant, vous faites diminuer le prix d’achat moyen que vous avez payé pour acquérir les titres en question.

Vous êtes décidément entouré des bonnes personnes pour faire fructifier votre argent.

Vous rentrez chez vous et vous n’y allez pas par quatre chemins : vous « investissez » l’autre moitié de vos économies. Dans la vie, il faut savoir prendre des risques. C’est un principe que vous avez bien compris. Et vous évitez d’en parler à votre femme qui va encore vous rabâcher les oreilles avec ses plaintes incessantes…

Vous laissez un peu de temps passer et lorsque vous trouvez enfin le courage de regarder de nouveau où en est le cours de l’action, c’est la stupeur…

Entre temps, le cours a dévissé de 75%. Les 3/4 de votre épargne financière (20 ans de travail) engloutis en quelques semaines…

Paniqué, vous vous précipitez sur le clavier et vous revendez vos titres pour sauver ce qui peut encore l’être.

Encore sous le choc, vous ne comprenez pas ce qui a bien pu se passer. Vous passez une nuit agitée et vous vous promettez de régler vos comptes avec les 2 « autres charlatans ».

Le lendemain matin, vous entrez comme une furie dans le bureau de votre collègue, vous l’empoignez par le col et le secouez comme un prunier. Vous lui dites que vous n’allez pas en rester là et que vous allez étudier les différents recours à votre disposition.

Le problème, c’est que comme vous, c’est un particulier. Et vous n’avez aucun recours. Avec les conseillers financiers, c’est différent. Ce sont des pros alors c’est plus facile de se décharger de ses responsabilités…

Désespéré, vous rentrez chez vous. La tête basse et pleine de rêves brisés que vous faisiez encore quelques semaines auparavant.

Mais surtout, surtout, vous vous jurez que l’on ne vous y reprendra plus : la bourse, c’est pour les escrocs. La prochaine fois, vous laisserez votre argent sur le livret A. Et vous écouterez votre femme.

Enfin, si elle est encore là…
Penser ainsi, c’est oublier les chiffres et les calculs. En effet, car si l’on perd 10% de son investissement, il faudra gagner 11% sur ce qu’il reste. Si l’on continue de laisser les pertes filer, pour 20% il faudra gagner 25% sur le reste et donc pour 50% perdus, il faudra gagner 100% du reste.
Conclusion : ne laissez pas courir vos pertes. Ce qui est perdu, est perdu !
Non ? Eh bien, essayez de gagner 50% ou 100% de votre capital, vous constaterez que ce n’est pas simple.

Publié dans PETITES PHRASES | Pas de Commentaire »

LE STRESS

Posté par boursiste le 8 août 2016

BONJOUR,

Une petite phrase du jour pour les traders angoissés :

« Pour faire baisser le stress, il suffit de s’abandonner à la réflexion ».

(Christophe Gautheron)

stress

Publié dans PETITES PHRASES | Pas de Commentaire »

 

formation cours anglais cpf... |
Financement-investissement |
Aide financière et offre de... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Je m'en sépare !
| ACTUBUSINESS - L'info ...
| Conseilandco